Nicole Barth

NICOLE BARTH CERAMISTE
24, rue Gabrielle-Josserand

93500 Pantin

France
barth.nicole@wanadoo.fr

Maison des Artistes
Atelier d’Art de France
Sema

J’ai passé mon enfance au pied de l’impressionnante citadelle de la ville de Dahn. Je trouvais l’école difficile et ennuyeuse. J’étais plus heureuse à la maison quand je trempais mes pinceaux dans les aquarelles. Je connaissais tous les secrets des tissus, des pelotes de laine, des aiguilles. Je partageais mon temps avec les héros de mes lectures. Le jardin de mon enfance est peuplé des forteresses et des héroïnes germaniques, et les Troyens tirent le cheval d’Ulysse dans ma ville de Troie. Les châteaux de sable me rappellent le bonheur de mon enfance.
Et ce souvenir précis d’une exposition où la petite visiteuse fatiguée se réveille brusquement devant une éponge fixée sur une planche de bois par un long clou rouillé. Pour moi « un Miro », mon nouveau héros. La matière me parle. Plus tard, je découvre les œuvres d’Antoni Tàpies. Une écriture dans ma « langue maternelle".

A 20 ans, pendant mes études de design textile, je rencontre le travail de Josef Beuys : langage de la matière. Avec Beuys, l’acteur charismatique de l’avant-garde allemande, un autre horizon s’ouvre. « La vie, œuvre d’art.» 
Brunehilde et Cassandre de mon enfance s’appellent désormais Louise Bourgeois. À défaut d’une mère, c’est elle, ma mère spirituelle.
Dans mon expression textile, je vis «l’angoisse de l’influence» (Umberto Ecco).
Magdalena Abakanowicz réalise déjà «mon œuvre».
Les châteaux de sable, toucher la terre… J’apprends la céramique. Et après deux ans de compagnonnage, j’ouvre mon propre atelier.

1977 en Palatinat. Je crée des sculptures en grès et textile et participe à de nombreuses expositions collectives et individuelles (Villa Streccius, Landau ; Galerie Terra, Kaiserslaute, etc.). L’Etat allemand m’achète des œuvres (ministère des Finances, Palatinat).

Un vieux potier me fait cadeau d’un petit four pour le Raku, j’en fais ma passion.

En 1985, je me rends en France chez Camille Virot pour approfondir ma connaissance de la technique du Raku. Séduite par l’intensité et l’intégrité de cette vie éloignée de toutes les tendances, je m’installe dans un coin isolé en Languedoc-Roussillon. Là je crée des milliers de formes et de pièces. Sur les marchés de potiers, dans le sud de la France, les amateurs de céramique et d’art découvrent mon travail.
Les collectionneurs privés d’Angleterre, d’Europe du Nord et d’Amérique trouvent le chemin de mon atelier perdu dans les montagnes.

Les sculptures créées en 2005-2006  sont un hommage mais aussi un adieu à ma compagne nature :
- « Lettre d’amour au Roc de Sagnes »
- « Ex-voto pour Tara »
- « La tentation de Kino »
En 2006, je façonne une collection de bijoux « terre-textile ».
En 2007, la domination de la nature, qui occupait ma mémoire, est vaincue.
Les sculptures « Nature morte » parlent de la beauté sous les déchirures et les blessures de la vie humaine.
Je participe à l’exposition Artsénat au jardin de Luxembourg. Avec une grande émotion. Sur l’affiche : Magdalena Abakanowicz et Nicole Barth.

Manifestations 2007

Mai à septembre:    Artsénat 2007
                            « Femme y es-tu »
                            Evénement au jardin du Luxembourg
                            Installation : « Anne et le jeu de perles en verre »
Juillet                    Les Journées de la céramique
                            Place Saint- Sulpice, Paris VIe
Août                     Nicole Barth « Céramique et bijoux »
                            La chapelle de Fitou, 11510
Septembre            Maison & objet, Paris
                            Salon professionnel
Octobre                Céramique 14
                            Salon de la céramique contemporaine
Novembre              Salon du patrimoine
                            Carrousel du Louvre
Décembre              
                            Exposition individuelle Nicole Barth « Raku »

                            « Autour du feu », rue Durantin, Paris XVIIIe
                            Expositions de groupe 1 000 bougies
                            « La cour des Métiers d’Art » Pont-Scorff, Bretagne
                            « Joyeusement vôtre »
                            Galerie des éditions Caractères, rue de l’Arbalète, Paris Ve
                            Noël des Artistes
                            Galerie de l’Entrepôt, Paris XIVe
                            « La terre apprivoisée »
                            L’espace de l’exposition A tout atout, rue Bézout, Paris XIVe